Arles, Perspectives Arles, Perspectives Arles, Perspectives Arles, Perspectives
Arles, Perspectives Arles, Perspectives Arles, Perspectives Arles, Perspectives
Arles, Perspectives Arles, Perspectives Arles, Perspectives Arles, Perspectives
Arles, Perspectives Arles, Perspectives Arles, Perspectives Arles, Perspectives

Perspectives, 2014

 

 

C'est un regard introspectif que je porte sur ces couloirs urbains à la sortie incertaine, je me laisse imprégner par la puissance visuelle qui se dégage des bâtiments, de la pierre. Et malgré l'étroitesse des passages, j'y ai toujours eu une impression d'espace. De manière plus générale, je choisis un univers qui me parle, où j'évolue sans objectif précis dans l'attente de la rencontre « magique », cet endroit qui me fera vibrer et dont j'arriverai à retranscrire la sensation dans la photographie. Mon travail évoque l'espace entre le soi et l'extérieur, le lien ou l'entre-deux (aïda en japonais) dont parle le philosophe japonais Kimura Bin.

 

Contexte : suite à des séjours répétés, j'ai développé une relation particulière pour le labyrinthe minéral qu'est le cœur de la ville d'Arles. J'ai parcouru les ruelles et les venelles des différents quartiers aux heures les plus chaudes avec sa lumière éclatante et ses ombres profondes ; ce moment où les habitants restent chez eux. C'est de cette rencontre que j'ai rapportée cette série de compositions photographiques introspectives entre abstraction et sensibilité.

25 photographies de la série sont édités dans le livre Arles, Perpectives aux éditions iKi dans la collection Le Pont Rouge, 2015.